Image
Email

communications@analogforestry.org

Country

Peru

About Me

Virginie Dezetter est une spécialiste de la communication interculturelle, une artiste et une activiste qui se consacre à la création d’espaces de collaboration pour le dialogue, la stratégie et l’action, ainsi qu’à la promotion des voix du changement, en particulier en ce qui concerne la résilience climatique, la justice entre les sexes et les pratiques de conservation et de régénération menées par les communautés.

Elle est née sur l’île de la Guadeloupe et a vécu la majeure partie de sa jeunesse entre le Burkina Faso, le Mali et la France, où elle a commencé à s’intéresser aux relations complexes et diverses entre les êtres humains et la nature dans différents contextes culturels. Elle a ensuite étudié la philosophie, la littérature, la communication interculturelle, la traduction et l’interprétation en France, en Espagne et au Royaume-Uni. Grâce à son travail d’interprète et de documentaliste, elle s’est rapprochée de plusieurs réseaux internationaux et du travail d’organisations de base, en particulier d’Amérique latine, dans des espaces locaux et mondiaux.

Après avoir obtenu une maîtrise en communication interculturelle, traduction et interprétation, elle s’est installée en Amazonie péruvienne, où elle contribue depuis plus de six ans au travail d’organisations communautaires de conservation. Ses principaux domaines d’intervention ont été la communication stratégique, l’établissement de liens et l’apprentissage, la conception, la planification et l’animation d’événements et d’ateliers, le contrôle collaboratif des données, les vidéos participatives et les radios communautaires, la gouvernance, les campagnes de plaidoyer, etc.

C’est là qu’elle a découvert la foresterie analogique et qu’elle s’est mise en rapport avec l’IAFN, dont elle a rejoint l’équipe en tant que responsable de la communication. À ce poste, elle est enthousiaste à l’idée de contribuer au renforcement de ce réseau riche et diversifié, de mettre en avant l’impact des actions sur le terrain, de positionner la foresterie analogique comme une voie de résilience climatique juste du point de vue du genre, et d’accompagner les processus de plaidoyer.